Comment être épanoui au travail ?

Vous travaillez dans un environnement qui ne vous convient pas ? Adoptez-vous une stratégie efficace ou tombez-vous dans un des pièges fréquents ? Découvrez les stratégies efficaces lorsque vous n'êtes pas épanoui au travail.

Vous travaillez dans un environnement qui ne vous convient pas ?

Adoptez-vous une stratégie efficace ?

Ou tombez-vous dans un des pièges fréquents ?
 

 

Les pièges – les stratégies inefficaces

La majorité des personnes adoptent, souvent inconsciemment, des stratégies inefficaces qui ne changent rien à la situation et sont autant de pertes d’énergie. 

 

Vous plaindre, ruminer

Les personnes qui tombent dans ce piège disent souvent que cela les soulage, cela leur fait du bien de se plaindre. Par contre, aucune n’a jamais pu me dire en quoi cela avait changé leur problème.

La plainte est une fuite en avant. Mais chez certaines personnes, c’est devenu, inconsciemment un « scénario de vie » qu’elles reproduisent au travail comme dans la vie privée.

Si vous avez tendance à recourir à cette stratégie, notre conseil est d’apprendre à développer des réactions plus constructives au risque de vous enfermer sur vous-même face à la première difficulté professionnelle. Nous constatons que c’est un axe de travail qui revient de façon récurrente dans nos interventions de gestion de carrière.

 

Encaisser sans rien dire

Certaines personnes ne se donnent pas le droit de penser à elles-mêmes. Une de nos coachées qui fonçait droit vers un burn out, nous a un jour exprimé qu’elle n’avait pas le droit de s’occuper d’elle-même car elle devait tenir sa faille à bout de bras. Ce qu’elle n’avait pas intégré, c’est que le jour où elle allait craquer, la famille s’effondrerait encore plus profondément.

   

Faire semblant de rien

Certains travailleurs ont peur : perdre leur emploi, être rejetés, bousiller leur carrière, avoir une mauvaise réputation, ne pas pouvoir retrouver un travail. De ce fait, ils se taisent, ils cachent leur insatisfaction.

Ces peurs sont souvent exagérées et ne résistent pas à une analyse un peu plus fine comme on en fait lors d’un trajet de coaching.

 

Penser que le problème vient de vous

Chacun de nous se crée très tôt un système de croyances sur soi et sur les autres qui se résume par 4 « positions de vie » :

  1. Je suis OK, l’autre aussi
  2. Je suis Ok, mais l’autre ne l’est pas.
  3. Je ne suis pas OK, mais l’autre l’est.
  4. Je ne suis pas OK, l’autre ne l’est pas.

Les personnes qui ont adopté une des deux dernières positions risquent vite de verser dans la remise en question personnelle et une auto-critique injustifiée.

Il est tout à fait possible que vous ne vous épanouissiez pas dans un job sans avoir quoique ce soit à vous reprocher.

 

Renoncer à qui vous êtes

La conséquence des stratégies précédentes est que certaines personnes finissent par renoncer à leur système de valeurs, leurs besoins les plus profonds pour continuer à surnager dans leur environnement de travail.

Si cette situation perdure à long terme, c’est l’épuisement professionnel ou un dégoût durable du travail qui vont finir par s’imposer.

  

Attendre patiemment dans l’espoir que les choses changent d’elles-mêmes

C’est plutôt rare que les choses s’arrangent d’elles-mêmes sans que vous ayez dû prendre des actions. Les « happy ends » se produisent plus au cinéma que dans la vie. Même sur grand écran, ils sont la plupart du temps le résultats d’épreuves, d’efforts…

 

Ne pas exprimer vos difficultés et penser que les autres vont comprendre votre malaise

Une de nos coachées était incommodée par les odeurs corporelles d’un de ses collègues qui semblait ne pas avoir intégré la notion d’hygiène corporelle. Elle n’osait lui en parler de peur de le vexer, d’apparaître comme une personne sans-gène. Elle eut donc l’idée de mettre des flacons de parfum et de déodorant bien en vue sur son propre bureau. Ainsi pensait-elle, lorsqu’il passerait devant elle, il percevrait ces signaux bien en vue sur son bureau et comprendrait le problème.

Cela ne fut bien sûr pas le cas. Elle se mit donc à soupirer quand il passait, à ouvrir la fenêtre quand il était dans les environs ; toutes sortes de stratégies non-assertives qui n’eurent jamais aucun impact.

Il fallut bien un jour qu’elle prenne son courage à deux mains et qu’elle lui fasse part de la difficulté.

La façon la plus simple de faire part de vos difficultés est d’en parler : ouvertement, calmement, positivement, de façon constructive.  

 

Critiquer

C’est la stratégie opposée au fait de se considérer comme la source du problème. Elle mène rarement à des résultats plus positifs. Parfois, elle survient tard, lorsque la personne n’en peut plus et craque. Gare alors au dégâts…

 

Vous venger

Qu’espérez-vous de positif ?

Vous êtes tombé dans le piège ultime !

 

 

Les 3 stratégies efficaces


Changer l’environnement

En communiquant efficacement, en faisant des propositions concrètes, en tenant compte des freins et des inquiétudes face au changement, vous arriverez peut-être à changer les aspects les plus nocifs pour vous dans l’environnement de travail.

La balance entre les irritants et les points positifs du travail sera peut-être graduellement plus acceptable pour vous.

Assurez-vous de communiquer de façon assertive et constructive. Ne tombez pas dans les pièges fréquents :

·   Se plaindre.

·   Critiquer.

·   Ne pas être clair.

L’important c’est de faire des demandes ; qu’elles soient claires et réalistes.

Soyez prêt à adapter votre manière de proposer les changements pour tenir compte de vos succès et de vos échecs.

Également, soyez patient, vous ne pouvez changer tout et demander aux autres d’évoluer du jour au lendemain.

 

Vous adapter

Certaines situations ou façons de faire qui vous posent problème ne sont peut-être pas des points bloquants lorsque vous en connaissez mieux les raisons (historiques ou autres).

Il y a sans doute des éléments que vous pouvez accepter dans ce job sans devoir sacrifier qui vous êtes ou vos besoins profonds.

 

Quitter cet environnement

Si les deux stratégies précédentes n’ont pas donné (suffisamment) de résultats ou vous demandent trop d’énergie. Si vous avez essayé d’améliorer votre approche en fonction de ce qui marchait ou pas. 

Ou tout simplement, si le fait de rester dans cet environnement est devenu trop toxique pour vous, le moment est sans doute venu de vous en aller.

Ne plaquez pas tout sur un coup de tête si vous n’avez pas de filet de sécurité. Manger, payer votre loyer sont et restent les priorités numéro 1 ; et comme vous l’aurez sans doute compris, nous ne croyons pas beaucoup aux miracles. Dans ce cas, focalisez votre énergie sur un nouveau projet professionnel : comment trouver un nouveau job, comment vous faire repérer, devez-vous vous former… ?

 

 

A quoi devez-vous faire attention si vous avez décidé de quitter votre employeur

Lorsque vous passerez des entretiens d'embauche, votre recruteur vous demandera pourquoi vous voulez quitter votre employeur. Soyez attentif à ne pas dénigrer l'entreprise ou les personnes pour lesquelles vous travaillez.

Pour bien vous préparer à un entretien d'embauche, prévoyez ce que vous allez répondre à cette question. Votre recruteur veut juste s'assurer que vous n'êtes pas instable ou impulsif, il n'a pas besoin de connaître tous les détails. Evitez d'être négatif ou de donner des secrets d'affaires ; si vous le faites pour votre employeur actuel, vous pourriez le faire demain pour lui !

  

 

Synthèse les mauvaises et les bonnes stratégies si vous n'êtes pas épanoui au travail.

 

  

Ces articles pourraient également vous intéresser

Réussir votre carrière à l’époque (Post) Covid

De quelles compétences avez-vous besoin pour réussir ?

Vous préparer aux questions lors d’un assessment

Quelles questions va-t-on vous poser lors d'un assessment ?

Comment gérer un accident de carrière?

Comment gérer un accident de carrière ?